Établir son projet

Disons qu’en matière d’écriture, il y a deux écoles.

Dans la première, vous souhaitez suivre votre inspiration, coucher sur le papier vos émotions, vos ressentis, les histoires qui vous traversent. Votre but est de livrer votre âme à travers votre art, peu importe que personne ne vous lise ou ne vous comprenne.

Dans la seconde, vous êtes soumis aux lois du marché, vous écrivez dans le but de vendre. D’ailleurs, votre seul but est de vous faire de l’argent, peu importe la qualité.

Bon… Et si on arrêtait les clichés ?…

Tout d’abord, qualité et ventes ne sont pas incompatibles.

Un bon livre bien écrit peut tout à fait trouver ses lecteurs et les combler.

De même, écrire peut être très facile et indolore. Pas besoin de vous changer en artiste maudit vivant sous les ponts pour faire de l’art. Et c’est ce que je vais essayer de vous montrer au cours de ces billets : écrire c’est cool, c’est fun et somme toute assez simple.

Donc tout d’abord, tordez donc le cou aux fausses croyances et créer votre propre style de vie et d’écriture. Accordez-vous la possibilité que vous pouvez totalement y arriver et que vous n’avez pas besoin d’être une autre personne que vous-mêmes pour y parvenir.

Ensuite, faites un petit état des lieux et une étude de marché.

L’état des lieux :

1/ qu’aimez-vous écrire ? (littérature, policier, romance, science-fiction, fantasy…) Si vous ne savez pas, partez de ce que vous aimez lire.

2/ quel type d’écrivain êtes-vous ? (« j’écris des kilomètres de texte » ou « tout ce que j’écris est trop court » ou « j’écris dans le vif » ou « j’aime les belles phrases »). Bref, dressez votre portrait et – surprise – toutes les caractéristiques que vous avez trouvées concernant votre écriture et votre style, dorénavant ce sont VOS POINTS FORTS. Ce sont ces particularités qui font votre différences et vous devez les exploiter. Ne luttez pas contre elles, n’ayez pas de complexes parce qu’elles vous font vous sentir « différent. » Au contraire, soyez-en fier et faites-en votre force, votre signature.

3/ quel but poursuivez-vous ? (être accepté par une maison d’édition , être lu, vendre décemment vos livres…)

L’étude de marché (à déterminer et construire en fonction de votre réponse au point n°3 ci-dessus) :

1/ Le point de départ : quel est le type de livres qui correspond à ce que vous voulez faire ? (catalogue de l’éditeur qui vous fait rêver ; observation en librairie ; consultation du top 100 Amazon et des catégories visées).

2/ Êtes-vous sûr de votre choix ? Ce que je veux dire par là, c’est de bien étudier la question : lisez les livres qui correspondent à votre but. Une fois cela fait : voulez-vous toujours écrire dans ce genre ou souhaitez-vous changer ? Ecrire est un long processus, il serait dommage que vous abandonniez en cours de route par faute de conviction et de motivation. Si vous observez les catégories d’Amazon : les catégories que vous avez choisies sont-elles des catégories mortes (le n°1 de cette catégorie ne vend pour ainsi dire qu’un livre par mois – j’expliquerai comment voir cela plus tard) ou tiennent-elles leur promesses en matière de ventes ? + Lisez les livres qui cartonnent dans vos catégories cibles, mais… allez aussi faire un tour sur Babelio et Goodreads : connaissez

3/ Dressez une liste des éléments qui vous plaisent parmi les romans que vous avez vus ou lus : la couverture de celui-ci (d’ailleurs collectionnez celles qui vous plaisent, cela vous servira plus tard), l’héroïne de celui-là, l’univers d’un autre, le ton utilisé par tel auteur, etc.

4/ Dressez aussi une liste des éléments du genre. Par exemple : la majeure partie des livres comportent des loups-garous ou une trahison ou concernent des lycéens à problèmes. Sachez qu’il n’y a pas de mauvaise réponse pour ces listes : elles vous sont personnelles. Elles vous permettent de déterminer les clichés du genre, ce qui vous offrira ensuite la possibilité de faire pareil ou au contraire d’en prendre le contre-pied.

5/ Regardez ensuite les données techniques de ces livres : ils sont longs, courts, faits de descriptions, de dialogues, d’un mélange des deux ?

Voyez tous ces éléments comme des outils de travail qui vous permettront de construire votre roman, mais aussi la manière dont vous allez vous inscrire dans votre genre/catégorie.

Voyons maintenant la manière dont j’ai effectué cette réflexion. Cela me permettra de mieux expliquer les choix qui ont été à l’origine de « La cité des ombres. »

Mon état des lieux

1/En ce qui me concerne, j’aime les histoires qui mêlent des éléments absurdes, surnaturels, étranges ou magiques dans un environnement qui ressemble à notre vie quotidienne. J’aime aussi lire des dystopies ou des histoires portant sur des mondes parallèles. Si je devais décrire mes goûts en matière de lecture avec un film, ce serait Inception.

2/Pour ce qui est de mon écriture, j’ai tendance à écrire des textes relativement courts. Par contre, mes phrases sont souvent trop longues, trop détaillées, chargées d’épithètes. Je voudrais développer une écriture plus simple, plus directe et peut-être, en un sens, plus « pauvre. »

3/Mon but est de trouver un univers d’écriture qui m’épanouit ET qui intéresse suffisamment de lecteurs pour, à terme espérer vivre de mes écrits.

Mon étude de marché :

1/ Les livres fantastiques, fantasy et urban fantasy semblent former la catégorie la plus proche de ce que je voudrais écrire. J’ai donc fait un tour sur Babelio, Goodreads et Amazon. J’ai parcourus les listes de « livres cultes », les « incontournables », les « top 20 », les « top 100 », etc.

2/ Ces genres littéraires me plaisent et les idées d’intrigues, de thèmes ou de personnages me viennent aisément.

3/ Voici un liste succincte des éléments que j’ai relevé au fil de mes lectures :

  • souvent le personnage principal est une jeune fille ;
  • la plupart du temps, le texte est écrit à la première personne et à l’imparfait ;
  • le schéma narratif est celui du « hero’s journey » ;
  • il y a un triangle amoureux ;
  • des retournements de situation du genre l’allié trahit, le personnage qui semblait dangereux ne l’est pas ;
  • selon le genre (fantastique ou urban fantasy) et le type d’édition (maison d’édition ou autoédition), l’écriture est descriptive et narrative vs. directe et acerbe ;
  • les couvertures sont soit une action dessinée (maison d’édition) soit composées d’une héroïne dans son univers et des jeux de couleurs (autoédition). Si on est dans le fantastique, la couverture est plus abstraite que pour de l’urban fantasy ou l’héroïne fait guerrière magique des temps modernes.

4/ Voir ci-dessus.

5/ Livres assez longs : 300 à 400 pages, mélange de description et de dialogues.

Ce que j’ai décidé de faire : un livre condensé : comme j’ai tendance à écrire des textes courts, je serai plus à l’aise. Aussi, en terme de charge de travail, il est plus facile de revoir et de corriger 200 pages que 400.

Comme mon livre serait plutôt fait pour un lectorat adolescents/jeunes adultes, il faut y prévoir du suspense, des retournements de situation et des accroches. Plus facile de rester dans un format court afin de ne pas s’embrouiller dans l’intrigue.

Voici ce que cela a donné au niveau du produit fini tel que je le propose aujourd’hui :

Cas d’école : « La cité des ombres »

Voici le moment pour moi de vous parler du roman qui nous suivra tout au long de ces billets consacrés à la construction pratique d’un roman.

Avant d’en venir à la façon dont j’ai mis en application les points soulevés ci-dessus, laissez-moi vous le présenter.

Le pitch :

On l’avait prévenue. Les Blackthorn sont maudits.

Des malheurs étranges finissent toujours par leur arriver, à eux et à ceux qui les fréquentent.

Pourtant, quand le riche et séduisant Keith Blackthorn invite Astrée à passer un week-end avec lui et ses amis, la jeune fille décide de ne pas tenir compte des mises en garde.

Or parfois, il s’avère que certaines décisions ont des conséquences mortelles.

Ensuite, j’ai voulu donner à ce roman un ADN bien précis. Voici comment je le décris sur la page de vente d’Amazon :

Reading To-Go

Une histoire construite à la manière des blockbusters.

Une expérience de lecture unique et divertissante calibrée pour nos vies trop remplies.

Pas de blabla superflu, une narration rythmée par des rebondissements.

Vous pouvez le découvrir ICI : https://amzn.to/2W78tYb (et la version numérique est gratuite aujourd’hui pour fêter le lancement de cette série de billets dédiés à l’écriture et à l’autoédition).

La suite au prochain billet…

Un avis sur “Établir son projet

  1. J’aime beaucoup votre blog. Un plaisir de venir flâner sur vos pages. Une belle découverte et blog très intéressant. Je reviendrai m’y poser. N’hésitez pas à visiter mon univers. Au plaisir.

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s