Écrire ! Comment écrire minimum 1.500 mots/jour à un rythme de 2.000 mots/heure quand on N’a PAS de temps pour écrire

Voilà, après tant de préparation, le grand moment est arrivé : nous allons parler écriture.

Tout d’abord, je voudrais vous rappeler que vous devez toujours opter pour des manières de faire ou des techniques qui marchent pour vous et votre texte.

Si vous vous forcez à effectuer des étapes qui ne vous inspirent absolument pas, vous allez finir par procrastiner, voir abandonner votre projet.

De même, coupez court à vos hésitations. Mieux vaut vous tromper que ne rien faire du tout. Ne rien faire, c’est la façon 100% garantie sur facture que vous finirez sans roman et déprimé.

Donc, quels que soient vos doutes, lancez-vous à l’eau. Au pire vous apprendrez de vos erreurs. Le premier roman est rarement le plus réussi. Sachez que bon nombre de « premiers » romans édités sont en réalité le troisième ou le quatrième écrit par l’auteur. Et ce, pour la simple et bonne raison que les « vrais » premiers romans sont souvent des tests, des entraînements, des brouillons.

Aussi, pour mener à bien votre projet, n’hésitez pas à SAVOIR CE QUE VOUS FAITES. Ce que je veux dire par là, c’est qu’il est important qu’avant même d’écrire une scène, vous ayez au moins l’idée de comment et où elle doit s’achever. Autrement dit, même si vous voulez le faire « au feeling » et ne pas trop la préparer, sachez au moins avant de l’écrire ce qu’elle va apporter à votre histoire.

Par exemple :

Scène de dialogue dans la bibliothèque ; à la fin, X doit être fâché avec Y

Scène dans les bois : cette scène a pour but que X découvre un indice menant à la disparition de Y (même si avant d’écrire vous ignorez quel sera cet indice, vous savez qu’il faut que X en trouve un).

Agir de cette façon vous assurera que votre texte fonctionne, qu’il a une logique interne et cela, le lecteur le ressent. C’est d’ailleurs ce qui distingue un récit bien construit d’un texte écrit sur le vif sans grande cohérence.

En d’autres mots, préparez un minimum chaque scène, vous y gagnerez BEAUCOUP de temps car cela vous fera soit moins de travail de réécriture ; soit sauvera votre manuscrit de la corbeille à papier car « il ne marche pas. »

Si vous êtes vraiment très réfractaire à la planification, prenez juste 5 minutes la veille de votre séance d’écriture, de préférence avant de vous coucher et réfléchissez un court moment à ce que vous allez écrire le lendemain. Juste 5 minutes. Cela pourrait bien faire toute la différence et révolutionner votre manière d’écrire.

Soyez ouvert, tentez des choses différentes et inhabituelles.

À présent, passons à l’écriture proprement dite.

Alors, il existe moults conseils à ce sujet : rituels, habitudes, outils, espaces de travail…

A nouveau : faites ce qui marche pour vous, mais aussi : mettez-vous en difficultés et soyez créatifs.

Qu’est-ce que je veux dire par là ? C’est simple : innovez. Par exemple, écrivez dans un café, une bibliothèque, dans le train, dans votre voiture (à l’arrêt)… Apprenez à écrire n’importe où.

Pourquoi cela ? Pour la simple et bonne raison que j’imagine que vous menez une vie des plus classiques : un travail, une famille, des courses et du ménage à faire, une activité sportive et quelques sorties. Du coup, vous avez peu de temps pour écrire.

Et c’est là que j’ai la plus belle des solutions pour vous : des micro-séances d’écriture.

De quoi s’agit-il ? D’écrire, montre en main (ou plutôt minuteur programmé) 8 minutes. Et ce, plusieurs fois sur la journée.

Et là, vous vous dîtes : « C’est quoi cette idée idiote ? Je ne peux écrire 8 minutes, j’ai besoin d’avoir le temps. »

Je vous réponds : vous n’avez PAS le temps, vous devez le voler.

Pourquoi cela ?

Écrire un roman, c’est quelque chose que vous devez faire TOUS les jours, même s’il s’agit de 3 lignes, pour rester dans le mouvement. Disposez-vous de 3 heures à vous par jour ? Probablement pas.

En ce qui me concerne, je n’ai PAS le temps d’écrire. Je travaille à plein temps, j’ai chaque jour 2 heures qui passent dans les transports en commun (il fait chaud, il y a des gens, du bruit), je dois assurer les activités de la vie quotidienne comme faire les courses, manger, me laver, dormir. Tout cela prend du temps, beaucoup de temps. Et aussi, je consacre trois heures de ma journée à faire du sport.

Du coup, quand est-ce que j’écris ? Et bien… tout le temps.

J’ai ma tablette (avec mini-clavier Bluetooth) qui m’accompagne partout et je vole des minutes d’écriture de-ci de-là. Et à la fin de la journée, il est rare que j’ai écris moins de 1000 à 1500 mots. Et oui, en 8 minutes, j’abats entre 400 et 600 mots. Il me suffit de 3 à 4 fois 8 minutes pour avoir bien avancé dans mon histoire.

Alors, je les vole quand ces minutes ?

Dans ma voiture, en attendant mon train. J’arrive 10 minutes plus tôt et hop, je me lance.

Dans le train s’il y fait calme, là je peux voler jusqu’à 40 minutes.

Avant d’aller déjeuner, hop, 400 mots d’écrits.

Dans le train au retour si ça s’y prête ou à nouveau dans ma voiture sur le parking avant de partir (ben oui, plus intéressant que d’être coincée dans les embouteillages de la sortie de la gare).

Et là, magie, quand je rentre chez moi… J’ai déjà rempli mon objectif d’écriture de la journée. Je peux donc profiter de ma soirée et aller faire du sport.

Étrangement, en fonctionnant de cette façon, vous écrivez même un roman sans même vous en rendre compte, c’est une technique que je trouve tout simplement MAGIQUE !

Et si vous avez un peu de temps devant vous, vous pouvez aussi écrire avec la technique Pomodoro.

Là, il s’agit de faire 25 minutes, minuteur en main, une pause de 5 à 10 minutes et de reprendre pour 25 minutes. Durant votre pause, vous vous détendez vraiment : vous vous levez, vous bouger, vous faites une autre activité de quelques minutes.

Vous pouvez ainsi enchaîner plusieurs périodes de 25 minutes sans trop surchauffer.

L’autre avantage des micro-séances d’écriture, c’est qu’elles sont ultra-productives. Vous ne restez pas une heure à bailler devant votre feuille. Au contraire, la plupart du temps, vous essayez de tirer au maximum profit de vos 8 minutes d’écriture. Généralement, si je fais un calcul de ma vitesse, sur 8 minutes, je suis à un taux de 2000 mots/heure ! Testez pour vous, vous serez étonnés !

Et sur un Pomodoro, je suis entre 1600 à 1800 mots/heure.

Par contre, si j’écris une heure montre en main, ma productivité diminue parfois drastiquement car j’ai du mal à me concentrer de façon intensive 60 minutes. Il m’est aussi plus facile d’écrire efficacement quand je peux établir d’avance un but rapide : « Là, je prends 8 minutes pour écrire la dispute entre X et Y » ou « Bon, maintenant, j’écris la scène où X prend conscience que tout le monde l’a abandonnée »…

Vous devenez super-productif comme auteur quand vous structurez votre séance et lui attribuez un temps imparti, même court. Essayez une semaine, je suis prête à parier que cela va révolutionner votre vie d’auteur.

Enfin, pour finir ce billet, je voudrais parler de la motivation. Ou plutôt de comment rester motivé le temps d’un projet.

On le sait tous, au début, c’est facile, on a plein d’idées, on meurt d’envie d’écrire toute la journée. Puis, au bout d’une semaine, c’est plus trop ça. L’envie n’y est plus, la motivation est aux abonnés absents.

Comment faire ?

D’abord, mettez à profit l’énergie du début. Vous débordez d’envie d’écrire ? Ecrivez ! Jour et nuit s’il le faut, surfez sur la vague d’enthousiasme débordant que vous ressentez. Abattez autant de travail que possible. Et si vous avez organisé votre histoire grâce à mes billets précédents, cela sera super-fastoche !

Ensuite, quand vous avez le coup de mou, levez le pied. Ne forcez pas, vous allez juste vous dégoûter. Votre seule exigence doit être d’écrire au moins chaque jour. Au minimum une phrase, au mieux une micro-séance de 8 minutes. N’allez pas vous coucher si vous ne l’avez pas fait ! Mieux : faites cela dès le matin. Il est plus facile d’avoir envie d’écrire quand on a amorcé le processus en début de journée que quand notre journée de travail est finie et qu’on n’a plus d’énergie ni envie de rien faire.

Une autre manière de rester motivé est de penser à vos objectifs. Je sais que cela fait un peu discours de zozo-thériques mais visualisez ce que vous voulez, rappelez-vous votre envie d’avoir votre livre en main… Quel que soit votre but, si vous êtes en train de perdre toute motivation, réactivez-là en rêvant à votre objectif, à ce que vous ressentirez une fois que vous l’aurez atteint.

Enfin, une autre astuce peut être de recourir à la communauté de la planète écriture : écrivez durant le NaNoWriMo, publiez sur Wattpad ou sur votre blog.

La seule règle à cela est que TANT QUE VOUS ÉCRIVEZ, IL VOUS EST INTERDIT DE VOUS RELIRE. C’est une règle D’OR ! Écrire, c’est votre acte créatif. Vous devez mobiliser un état d’esprit inventif, rêveur, libre et joueur. Quand on se relit/corrige, là on se change en juge critique, notre esprit devient froid, analytique et un peu barbant. En gros, vous corriger/relire pendant que vous écrivez votre livre, c’est le meilleur moyen de ne pas le finir.

Du coup, si vous publiez sur Wattpad, soit attendez d’avoir fini tout votre livre, soit trouvez une bonne âme qui corrige l’orthographe et la grammaire pour vous. Quoi qu’il en soit, ne faites pas comme Orphée aux enfers : interdisez-vous de regarder votre œuvre tant que vous n’avez pas achevé votre aventure sinon vous serez condamné à d’éternelles souffrances !

Maintenant que vous savez tout, mettez-vous au travail et n’hésitez pas à me dire en commentaire comment ça se passe pour vous et si certains de mes conseils ont pu révolutionner votre productivité.

Vous pouvez aussi vous procurez mon ebook (Kindle) sur le NaNoWriMo, lire mon dernier roman « La cité des ombres » ou me suivre sur Wattpad.

Au plaisir de vous lire !

Pour en savoir plus sur le sujet, consultez les auteurs suivants (en anglais) : Monica Leonelle, Rachel Aaron.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s